Press Releases
print

L’IFC lance son premier projet d’électricité en Haïti afin d’améliorer les services publics de base


À Washington :
Zibu Sibanda, IFC

Téléphone : (202) 473-0605

Courriel :
zsibanda@ifc.org

Adriana Gomez, IFC

Téléphone : 202-458-5204

Courriel :
agomez@ifc.org


Port-au-Prince, Haïti, le 23 juillet 2009 – La Société Financière Internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque Mondiale, accorde un financement à E-Power S.A., un projet de construction d’une centrale électrique au mazout de 30 mégawatts, pour aider à atténuer la pénurie d’électricité et rétablir les services publics de base en Haïti.

L’aide de l’IFC se traduit en un prêt de 16 millions de dollars et d’un prêt syndiqué de 14 millions de dollars par l’intermédiaire de la FMO pour le financement du projet. Deux banques locales, Sogebank et BNC, fournissent également 14 millions de dollars sous forme de cofinancement. Aujourd’hui, seulement 25 % de la population haïtienne a accès à l’électricité et les régions les mieux desservies ne sont alimentées au maximum que  8 heures par jour. E-Power permettra de fournir de l’électricité à un coût plus compétitif. L’électricité produite sera vendue à l’entreprise publique Électricité d’Haïti (EDH) dans le cadre d’un accord d’achat d’énergie d’une durée de 15 ans.


E-Power, qui est majoritairement détenue par un consortium d’investisseurs locaux ayant à sa tête Daniel Rouzier, un homme d’affaires haïtien, est le premier projet de production d’énergie du secteur privé dont le processus d’appel d’offres a été ouvert à l’échelle internationale grâce à l’aide de la Banque Mondiale. Se joignant aux efforts en cours pour améliorer le secteur de l’énergie , E-Power contribuera de manière significative à un changement de cap  du secteur en servant de référence en matière de participation future du secteur privé dans des projets à Haïti.

Lors d’une cérémonie de signature qui s’est déroulée sur l’emplacement proposé du projet et à laquelle assistaient des représentants locaux et internationaux de haut niveau des secteurs public et privé, Daniel-Gérard Rouzier, président d’ E-Power, a déclaré que « E-Power lance un message sans équivoque : Haïti est de nouveau prête à faire des affaires. Nous sommes très reconnaissants du soutien accordé par l’IFC à notre projet qui aidera à rétablir la stabilité sociale et la croissance économique du pays. »


Salem Rohana, Représentant de l’IFC pour Haïti et la République Dominicaine, a déclaré : « L’IFC est très heureuse de soutenir E-Power, un projet qui, en s’attaquant au besoin fondamental en énergie, améliorera les conditions de vie des citoyens d’Haïti et la productivité du pays. Ce premier appel d’offres ouvert à l’échelle internationale et la participation de l’IFC transmettent également un message de confiance aux investisseurs qui peuvent saisir les occasions d’investissement qu’offre Haïti et ainsi contribuer à son développement économique et social. »

La stratégie de l’IFC en Haïti vise à promouvoir la croissance économique et à améliorer l’accès des groupes les plus vulnérables aux services de base. Les activités de l’IFC dans ce pays se sont intensifiées au cours des deux dernières années avec l’ouverture d’un bureau local pour faciliter la croissance rapide de son programme d’investissement et de son service de consultations. Les activités  de consultations l’IFC comprennent des formations pour améliorer les compétences en gestion des PMEs locales et des réformes afin de rendre le climat plus favorable aux investissements. Les activités d’investissement de l’IFC incluent notamment le financement de la compagnie Digicel Haïti, une participation au capital de Sogebank et de Micro Crédit National, une ligne de financement des opérations commerciales octroyée à Capital Bank et le financement du  parc d’industrie textile CODEVI du Grupo M.


À propos de l’IFC

Membre du Groupe de la Banque Mondiale, la vision de l’IFC est de donner la possibilité aux populations d’échapper à la pauvreté et d’améliorer leurs conditions de vie. Ainsi, elle prône la croissance économique durable dans les pays en développement, en finançant des investissements dans le secteur privé, en mobilisant des capitaux privés et en fournissant des services de consultations et de gestion dede risques aux entreprises et aux gouvernements. Ses nouveaux investissements pour l’exercice fiscal 2008 se sont chiffrés à 16,2 milliards de dollars, représentant une progression de 34 % par rapport à  l’exercice précédent. Pour en savoir plus, visitez son site web :
www.ifc.org.