Press Releases
print

Les Pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord Réforment la Réglementation des Affaires pour Aider les Entrepreneurs


Washington, D.C.:
Nadine Ghannam
Téléphone: +1 202 473 3011
Courriel: nsghannam@ifc.org


Washington, D.C., le 20 octobre 2011—Un nouveau rapport de la SFI et de la Banque mondiale conclut qu’au cours des 12 derniers mois, 11 des 18 économies du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont mis en œuvre des réformes réglementaires pour faciliter la pratique des affaires pour les entrepreneurs. La région continue à aller de l’avant en dépit du climat politique et économique incertain.

Publié aujourd’hui, Doing Business 2012 : Entreprendre dans un monde plus transparent évalue les réglementations affectant les entreprises locales dans 183 économies et classe les économies selon 10 domaines de la réglementation des affaires tels que la création d’entreprise, le solutionnement de l’insolvabilité ou l’exécution des contrats. Cette année, la méthodologie a été élargie et inclut désormais  des indicateurs sur le raccordement à l'électricité.

Le Maroc est l’économie qui a le plus amélioré sa réglementation des affaires par rapport aux autres économies.  Grâce à la simplification du processus de délivrance des permis de construire, à l’allégement du fardeau administratif du paiement des taxes et impôts pour les sociétés et au renforcement de la protection des actionnaires minoritaires, le Maroc a gagné 21 places dans le classement sur la facilité de faire des affaires, et se situe désormais au 94ème rang. Depuis 2005, le Maroc a mis en œuvre 15 réformes de sa réglementation des affaires.

Le rapport montre que six des 18 réformes réglementaires enregistrées dans la région ont facilité la création d’entreprise. La Jordanie, par exemple, a réduit l’obligation de capital social minimum pour créer une entreprise. A Oman, grâce au nouveau guichet unique, le temps nécessaire pour enregistrer une entreprise est passé de sept à trois jours.

L’Arabie saoudite demeure le leader régional avec son 12ème rang au classement global. Le Qatar a, pour la première fois depuis 2005, mis en œuvre des réformes en améliorant son système d’information sur le crédit et se situe au 36ème rang dans le classement global.  Les Émirats arabes unis ont rationalisé les exigences relatives à la création d’entreprise et amélioré leur classement global ; ils se classent au 33ème rang.

Des données supplémentaires montrent que la région peut améliorer l’accès à l’information sur la réglementation des affaires.  «Des institutions plus solides et un meilleur accès à l’information peuvent encourager les initiatives des entrepreneurs de la région» selon Dahlia Khalifa, Conseillère au sein du département sur les indicateurs et analyses de la Banque mondiale, Global Indicators and Analysis. «Dans plus de la moitié des économies de la région, obtenir le barème officiel des prix ou les documents nécessaires pour des procédures administratives requiert qu’un entrepreneur rencontre en personne un fonctionnaire de l’administration Les initiatives de E-gouvernement, une tendance mondiale, peuvent aider à alléger le fardeau administratif pour les entrepreneurs en offrant plus de transparence et des solutions durables.»

Au cours des six dernières années, 17 économies du Moyen Orient et d’Afrique du Nord ont rendu l’environnement réglementaire plus favorable aux entreprises. «Rendre la réglementation des affaires plus efficace et plus accessible, multiplie les opportunités de croissance économique » indique Augusto Lopez-Claros, Directeur du département sur les indicateurs et analyses de la Banque mondiale, Global Indicators and Analysis. « En facilitant la création d’entreprise, les économies du Moyen Orient et d’Afrique du Nord, offrent de l’espoir aux entrepreneurs, qui sont les moteurs de la création d’emplois

Au sujet de la série de rapports Doing Business

Doing Business analyse les réglementations d’une économie qui ont un impact sur les entreprises au cours de leur cycle de vie, ce qui inclut leur création et leur gestion, le commerce transfrontalier, le paiement des taxes et impôts et le solutionnement de l’insolvabilité. Les classements agrégés sur la facilité de faire des affaires sont calculés à partir de 10 ensembles d’indicateurs et couvrent 183 économies. Les classements des années précédentes sont corrigés à rebours afin de tenir compte de l’ajout de nouveaux indicateurs, des corrections de données et des changements apportés à la méthodologie des autres indicateurs, et ce afin de permettre d’obtenir une comparaison significative entre les classements au fil des ans. Doing Business ne mesure pas tous les aspects de l’environnement réglementaire qui sont importants pour les entreprises et les investisseurs. Par exemple, le rapport ne prend pas en compte la sécurité, la stabilité macroéconomique, la corruption, le niveau de formation ou la robustesse des systèmes financiers. Les conclusions du rapport ont stimulé des débats politiques dans plus de 80 économies. Ils ont également permis le développement d’un nombre toujours plus grand d’études analysant l’impact de la réglementation des affaires sur les résultats économiques dans les différents pays. Pour plus d’information au sujet de la série de rapports Doing Business veuillez consulter: www.doingbusiness.org. Rejoignez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/DoingBusiness.org.

Au sujet du Groupe de la Banque mondiale
Le Groupe de la Banque mondiale est l’une des plus importantes sources mondiales de soutien financier et technique pour les pays en développement. Il est composé de cinq institutions connexes : la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (IBRD), l’Association internationale de développement (IDA), la Société financière internationale (IFC), l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) et le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (ICSID). Chaque institution joue un rôle distinct dans le cadre de la mission de l’organisation, qui est de lutter contre la pauvreté et d’améliorer les conditions de vie des habitants des pays en développement. Pour plus d’information, veuillez visiter les sites suivants : www.worldbank.org, www.miga.org et www.ifc.org.

Contacts pour la région:

Middle East and North Africa
Riham Mustafa +202 (2) 4691-4230                        Tina Taheri Moayed  1 (202) 473-1075

E-mail: rmustafa@ifc.org                                 E-mail: ttaheri@worldbank.org